819 773-1692 accueil@sccc-uqo.ca

La semaine dernière, une polémique a entouré les exigences de sélection d’une nouvelle rectrice ou d’un nouveau recteur de l’UQO. L’affichage du poste exigeait la détention d’un diplôme de troisième cycle ainsi qu’une expérience dans le professorat universitaire. Une personne ne remplissant pas ces deux critères devrait-elle automatiquement être éliminée? Le SCCC-UQO croit que non.

D’abord, ces deux critères font partie d’une liste de quinze exigences. Cette liste compte notamment des aptitudes telles que « la capacité d’écoute et de compréhension » ou la « sensibilité aux dimensions humaines et sociales des problématiques et [la] propension à les considérer dans la prise de décision ». Dans l’histoire de l’UQO, il n’est pas impossible que certains membres de la direction n’aient pas rempli ces deux exigences.

Il nous semble impossible qu’une candidature respecte ces quinze critères. Ainsi, ne pas respecter quelques critères ne devrait pas disqualifier une candidate ou un candidat. Nous pourrions nous demander si le doctorat est un critère supérieur aux autres. Le SCCC-UQO croit que non.

D’abord, soulignons qu’une rectrice ou qu’un recteur sans doctorat ne serait pas une première. L’avocat et diplomate Allan Rock a été recteur de l’Université d’Ottawa de 2008 à 2016. Johanne Jean a, pour sa part, été rectrice de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) de 2004 à 2017. Elle est actuellement présidente du réseau de l’Université du Québec. Pourtant, elle n’avait pas obtenu de doctorat. Notons que le Comité de sélection du rectorat de l’UQO compte, notamment, Johanne Jean ainsi que le recteur actuel de l’UQAT, Denis Martel. Éliminer une candidature sur ce seul critère pourrait alors déligitimer leur propre institution!

Enfin, nous pensons que la personne choisie devrait être la rectrice ou le recteur de toute la communauté universitaire et pas seulement du corps professoral. Bien que de plus en plus de personnes chargées de cours aient un doctorat, la majorité n’en a pas. La communauté compte également les personnes employées de soutien, cadres, professionnelles, étudiantes salariées. Bien que nous reconnaissions qu’une expérience d’enseignement et de recherche soit un avantage pour la personne candidate, nous croyons que les autres critères sont au moins aussi importants. Il faut ramener une certaine sérénité dans notre université.

Pour l’instant, nous n’avons eu vent d’aucune candidature officielle, mais aimerions souligner l’importance que tous les membres de la communauté universitaire de l’UQO participent à la consultation.