819 773-1692 accueil@sccc-uqo.ca

L’année 2017-2018 aura été une année chargée, mais fructueuse sur le plan syndical. En nous mobilisant, nous avons obtenu une Convention collective des plus satisfaisantes. Il est clair que nous avons dû nous battre pour conserver nos acquis. Que nous vivions de nos charges de cours ou non, que nous ayons des frais de déplacement ou non, nous avons les mêmes droits. Nous devons nous en réjouir.

Quant à notre rémunération, elle est parmi les meilleures au Québec si nous la comparons à celles moyennes des chargés et chargées de cours qui ont des échelles salariales. Si nous nous comparons aux autres provinces, notre salaire est supérieur d’au moins 25 % et jusqu’à 50 %. Notre Regroupement université de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ) affiliée à la CSN nous a permis de nous rendre où nous sommes. La négociation regroupée porte ses fruits tant du point de vue monétaire que normatif.

Pendant notre négociation, nos offensives ont été diverses, mais le plus souvent axées sur les communications. Les affiches signées par Réal Godbout, leur design, par Ghyslaine Lévesque, tous deux chargés de cours à l’École multidisciplinaire de l’image (EMI) de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) ont été percutantes.

Par ailleurs, les médias électroniques et traditionnels nous ont suivis plus que jamais. On nous a vus et entendus à Gatineau et dans les Laurentides. Nous avons gagné des amies et amis Facebook, nous avons été suivis sur Twitter. Notre site Web a été plus dynamique que jamais. Toutes ces plateformes ont contribué à notre réussite. Sachez que nous avons même maintenant un compte Instagram.

Tout au cours de l’année 2017 et au début de 2018, notre intersyndicale (ISUQO : Intersyndicale de l’UQO) qui regroupe l’Association générale des étudiantes et étudiants, les étudiantes et étudiants salariés, le personnel de soutien, les professeures et professeurs ainsi que le groupe professionnel nous a appuyés. Nos échanges nous ont permis d’être plus forts parce que nous le savons, l’union fait la force.

La négociation de notre nouvelle Convention collective nous a également donné le moyen d’améliorer nos relations patronales-syndicales. En ce moment, nous sommes à finaliser une entente qui règlerait un nombre important de griefs. Le tout devrait être parachevé sous peu.

Il nous reste à travailler l’évaluation de l’enseignement ainsi que les exigences de qualification qui demandent encore amélioration.

Finalement, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) nous a reconnu le statut de syndicat provincial. En plus du Conseil central de l’Outaouais (CCSNO), nous faisons partie du Conseil central des Laurentides (CCSNL). Pour nos prochaines négociations, ce sera plus facile sur plusieurs plans : communications, mobilisation et même grève si nous avons à nous y rendre. De plus, même en cours de convention, plusieurs dépenses occasionnées par nos déplacements aux deux sites nous seront remboursées.

Venez nombreux à notre prochaine Assemblée générale qui se tiendra à 18 h le 23 avril pour en savoir davantage sur le bilan de l’année et surtout, sur nos projets.