819 773-1692 accueil@sccc-uqo.ca

Chères membres,
Chers membres,

Ce courriel se veut une réponse à plusieurs questions que vous auriez en lien avec une possible grève des personnes chargées de cours.

S’il y a un débrayage du Syndicat des chargées et chargés de cours, vous ne devez pas enseigner sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 1 000 $ par jour. Le Code du travail vous oblige à cesser de travailler. Voici le texte pour les dispositions anti-briseurs de grève du site du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale :

« Si vous êtes en grève ou en lock-out, personne à part les cadres de l’établissement ne peut remplir vos fonctions ou celles des autres salariés en conflit. De plus, à moins d’une entente avec le syndicat, il vous est interdit de remplir vos fonctions et il serait également interdit à l’employeur d’utiliser vos services. »

Si vous êtes touchée ou touché par la clause 9.02 de la Convention collective des personnes chargées de cours, vous avez les mêmes obligations.

Rappelez-vous que si vous habitez Montréal, par exemple, vous pouvez piqueter à Saint-Jérôme même si votre site officiel est Gatineau. Des formations seront données sur les lignes de piquetage si nous devons nous rendre à la grève.

Assurez-vous de lire toutes les communications du Syndicat. Visitez régulièrement le site du SCCC-UQO<http://www.sccc-uqo.ca>. Envoyez-nous une autre adresse courriel que celle de l’UQO à accueil@sccc-uqo.ca au cas où l’UQO agirait comme récemment l’Université de Sherbrooke et suspendrait nos communications pendant une grève.

Ensemble, nous sommes forts!

Marie-Josée Bourget