819 773-1692 accueil@sccc-uqo.ca

Fin janvier, un professeur de l’université Rennes-II était mis en examen pour le viol d’une de ses étudiantes. Quelques semaines plus tôt, cette doctorante avait porté plainte, accusant son directeur de thèse de harcèlement, d’agression sexuelle et de viol. À Rennes, mais aussi à Strasbourg, Lille, ou encore Paris, des étudiants se plaignent de harcèlements moral et sexuel de la part d’enseignants. Bien que ces délits soient passibles de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende, rares sont les universités qui sévissent. Lire la suite